« Nous sommes les derniers des Mohicans », affirme Serge Massal, qui incarne la troisième génération à la tête de la société familiale, fondée dans le village de Sumène (Gard) par son grand-oncle Auguste en 1918 et aujourd'hui classée « entreprise du patrimoine vivant ».

« La soie fut la richesse des Cévennes et le bas de soie était le produit mythique : nous sommes des passionnés et tentons de transmettre ce savoir-faire unique », affirme Serge Massal, 62 ans. La société de 28 salariés produit notamment des bas de soie très haut de gamme, « d'une finesse inégalée sur la planète », dit-il. Vendus une centaine d'euros la paire, ils ont aussi habillé les jambes de meneuses de revue du Crazy Horse.

Les bas sont tricotés sur d'énormes métiers Reading des années 1950 dont L'Arsoie possède trois exemplaires sur une dizaine en activité dans le monde. « C'est très français : nous les avons trouvés à la fin des années 1990 au bistro du village en discutant avec un vieux mécanicien retraité, un vrai coup de chance », raconte Serge Massal. Les précieuses machines dormaient depuis des décennies à 20 kilomètres de Sumène, dans les locaux d'une des nombreuses entreprises de bonneterie et textile ayant périclité face à la concurrence, asiatique notamment.

arsoie cervin fashionnetwork

arsoie cervin fashionnetwork

bas cervin fashionnetwork

bas nylon et bas de soie fashionnetwork

A suivre sur Fashionnetwork.com